• CC.

Chron.|Dub : Télérama Dub Festival

Dernière mise à jour : 15 oct.

A DUB NIGHT CLASH avec King Kong, Horace Andy, Adrian Sherwood, Don Letts
24 Novembre @ Paris / Docks De Paris

Seizième édition du Télérama Dub Festival , encerclé par le voile irisé d'une lune pleine à ras bord, une quarantaine d’artistes sont venus transmettre la méchante grosse VIBE! Sous les chapiteaux des sound systems tout azimut, ambiance chillin', food truck, bières à gogo, sweet sweet sensimilla, Barrington Levy dans l'ampli, sous l'étendard vert jaune rouge, du haut db prêt à faire pulser les cata de Paris. Bouchons d'oreilles pour les moins téméraires ... même pas honte... et de suite soufflée par le niveau et les influences musicologiques de cette nouvelle scène dancehall "do it yourself" mélangeant du dubsteppa à de l'afro beat ou à du punk rock; aux manettes Sinai Sound System le genre de mecs qui ont visionné en boucle 100 fois Rencontres du troisième type... décollage immédiat pour un atterrissage imprédictible! Puis apparition du King of the King de la scène jamaïcaine KING KONG, il déchire tout dès la première note envoyée, malgré un petit problème de décalage sur les arrangements de Irie Ites, c'est Asher de Dub Temple qui me le glisse à l'oreille.. Ouep, il a raison, mais franchement quelques nano secondes de désynchro à ce stade ça dérange personne, encore moins le King qui avec l’énergie déroutante des mecs de Rockers donne tout en sueur et en rimes comme s'il allait presser le dubplate de sa vie ! Je quitte le King, un moment, je le retrouverai plus tard dans les loges pour faire quelques photos et parloter un peu ... Allez, direction, le big hall principal des docks pour toujours plus de vibes additionnées aux autres, toujours plus IRIE . Cette fois, je me retrouve nez à nez (enfin presque) avec le pape du Deejaying londonien Adrian Sherwood aux platines, producteur de Primal Scream, Sinéad O'Connor et j'en passe, pour un set mythique, nous glissant tour à tour une version totalement planante du Chase The Devil de Max Romeo, et une autre dans la foulée d'un War skatellitisé version nippone... Moment unique, man live life irie, you will lead a happy life ! Et hop c'est reparti pour un tour dans les coulisses avec Kimany Hotep Music, à qui je laisse mon vieux Nikon D5100 le temps de faire une pause enfin, si on peut appeler çà une pause, parce qu'à même pas 3 heures y'a Don Letts tranquillou à la cool allongé sur un transat. Don Letts, le rasta punk intello dj historien, oui oui, celui-là même qui a initié Bob Marley à la culture punk rock, rien que ça ! Ce mec à tous les ingrédients que j'aime dans son cerveau .. il ne manquerait plus qu'il soit calé en hip hop... en tout cas, qu'est-ce qu'il est beau avec son bonnet grosse maille tricoté extra large recouvrant ses natty dreadlocks vertigineuses. C'est le pied ! J'ai une légende rien que pour moi, le temps lévite doucement, je prends ses coordonnées pour une future itw, on se fait un selfie (oui j ai osé) avant qu'il ne rejoigne la scène à son tour... Bye Don, on se voit à Londres bientôt hein ! On parlera de Bob, mais pas que, pendant ce temps, je vais dans la fosse prendre toute l’énergie de ton Bad riddim. Retour dans les coulisses pour prendre quelques photos d'Horace Andy ... Rock Me Baby ! J'ai les zygomatiques en feu, le cœur qui bat super vite, mais là j'ose pas le selfie, trop de respect, trop fan, trop de "trop".. Posté un poil plus loin une autre légende, Matic Horns venu accompagner son pote au trombone me regarde en souriant. On discute, je lui dit que mon cœur va éclater, que je l'ai vu sur les pochettes de disques de mon père. Il se marre encore plus, on discute, je le fais rire avec des petites blaguettes à 2 balles qui me viennent sans forcer dans ces moments là avec mon horrible anglais francisé. Malheureusement, pas drôle je sais, j'ai pas pu rester davantage. Sous un air de Truffaut, l'âme en peine mais bien irie, je dois prendre le dernier métro et rejoindre des petits rastas qui comptent sur moi demain matin pour le laçage de souliers ...


Merci à Kimany pour les photos en rab de Biga Ranx - A Asher pour sa patience, guidance et sa gentillesse hors norme, spécial BLESS à King Kong pour les accès backstage et à mon acolyte invisible.


KING KONG








ADRIAN SHERWOOD


DON LETTS


HORACE ANDY